actualités
la Cie Partis Pour Tout Faire
les céations Équipe Artistique les céations

CAROLE TALLEC

Carole TallecArtiste interprète, elle danse dans le spectacle Nana et Lila lors de la tournée internationale de la Cie Blanca Li. C’est auprès d’Alain Knapp qu’elle trouve le sens de l'élaboration de son métier de comédienne.

Elle se forme au clown avec Eric Blouet. Dans la fulgurance propre au clown, elle articule son expérience de danseuse et de comédienne.

En 2006, elle participe à la création du collectif de clowns « Ces Gens Qui… ». avec Eric Blouet, metteur en scène. Ensemble, ils rentrent en création pour le spectacle de rue En cas de contact avec les yeux . et le cabaret « Même pas mal », accueilli résidence au Samovar.

Elle prolonge sa formation de clown auprès de Fred Robbe du Théâtre du Faune.

Depuis 2007, elle assiste Brendan Le Delliou, chorégraphe de la Cie de rue Frichti Concept.

En 2009, elle crée la Compagnie Partis Pour Tout Faire avec Erwan David.
Au sein de la compagnie Détournement d’elle, elle met en scène L’échelle à deux temps, duo aérien dansé sur l’intimité et la différence.

Pédagogue depuis 17 ans, diplômée d’état en danse contemporaine et en danse jazz, elle enseigne la danse, le théâtre et le clown au sein de plusieurs compagnies et en milieu scolaire. Elle intervient dans les projets de ViIlette en Piste et collabore avec La ferme du Buisson et la Coopérative 2 rue 2 cirque.

En 2010, Carole Tallec rejoint la compagnie Larubaliz, association reconnue d’intérêt général.
Grace à ce nouveau terrain d’expression, Carole Tallec nourrira ses questionnements autours de la transmission et prolongera de son implication artistique comme clown en Hôpital gériatrique.

En décembre 2011, Carole Tallec part en mission pour Clown Sans Frontière en Birmanie.

Erwan DAVID

Erwan Davids’est formé de 2000 à 2003 au Conservatoire d’Art Dramatique du 17e arr. de Paris aux côtés de Michèle Garay. Parallèlement à ce cursus, il s’initie au jeu masqué aux côtés de Raphaël Almosni, puis Kamel Basli lui  propose  d’intégrer  le Théâtre du Sajou, et d’adapter  la bande dessinée  les Pieds Nickelés : Les Paninis Escrocos voient le jour au festival Chalon dans la rue en juillet 2003, lors des premiers conflits sur la reforme du statut de l’intermittence. Puis vient la création d’Insectomnia,  cabaret déjanté, chanté et bouffonné.

Comédien touche à tout, il goûte au milieu de la danse avec Pascal Giordano et la Cie Hapax, en octobre 2005 avec Barbarie, voyage à la frontière de l’autre, à la performance aussi, avec Seb Martel lors de son Motel Martel à la Cigale (mise en espace Camille  Guillé-Mergot), ou aux côtés des plasticiens berlinois Nina Fischer & Maroan el Sani : Toute la mémoire du monde, une performance vidéo sur la disparition du savoir, filmée dans les salles vacantes de l’ancienne Bibliothèque de France (site Richelieu).

En mars 2006, il rencontre Eric Blouet lors d’un stage sur le clown, il découvre le clown, sa liberté et sa respiration, n’en décrochera plus….Puis la performance à nouveau aux côtés d’Elsa Chausson avec Cucendron(s), il y rencontre Marie-Laure Saint-Bonnet qui lui proposent des visites historiques et scénarisées dans des hauts lieux de l’histoire de France : Fontainebleau, Gien, Saint-Germain-en-Laye….

Aujourd’hui il diffuse, avec Carole TALLEC, le duo BOBEC et BOUDIN créé en Mars 2009 et fondent ensemble la compagnie PPTF. Suivront le spectacle jeune public « TA KA DIRE ! » et le solo « Le roi sans toi(t) ».

Parallèlement, en répondant aux invitations de co-animation de Carole Tallec, il transmet l’art du Clown auprès d’un public varié, en partenariat avec des institutions comme la Grande Halle de la Villette (projet « Villette en Pistes »), la coopérative de Rue et de Cirque ou encore la Ferme du Buisson, scène Nationale de Marne-la-Vallée.

Christophe MARAND

Christophe MarandAprès quelques années à triturer d'obscures équations dans d'obscures laboratoires, Christophe Marand suit en 2008-2009 la formation professionnelle de l'école du Samovar. C'est là qu'il passe d'ingénieur repenti à clown récalcitrant. Puis à clown tout court, puis à artiste clown, puis de nouveau à clown récalcitrant, etc...

Il prend une part active à la création en 2008 du collectif Aspatrouille (www.aspatrouille.com), un troupeau de 12 clowns sans berger qui proposent spectacles de rue et lâchers de clown thématiques.
Il voit cette aventure comme on regarde une licorne qui broute dans une prairie : on y croit et en même temps on sait que c'est un rêve, une utopie.

La fin de cette aventure laisse un vide. Il doute de lui. Il apprendra plus tard que c'est une chance, de douter.

En 2009 il rejoint l’association Larubaliz . Chaque semaine avec les clowns de cette association il réalise des « charivaris » dans des hôpitaux gériatriques et des maisons de retraite.

Il se sent utile. Il est bien à cet endroit. Mais 2 ans passent et il doute de lui, de nouveau.

C'est là qu'il rencontre la compagnie PPTF et découvre le plaisir complice de jouer ensemble. L'idée fleurit naturellement de se rejoindre pour le spectacle « TA KA DIRE ! ».

Alors là c'est l'éclate.

En 2012, il joue parallèlement avec la compagnie Agitez le Bestiaire, une nouvelle création jeune public "Z'habis" qui s’emmêle à l'infini dans les vêtements et explore le mélange des genres et des zhabitudes...

De nouveau il se sent au bon endroit, dans le théâtre jeune public.

L'aventure continue en 2014 cette fois ci avec la compagnie belge Atika autour du spectacle «La fée sans ailes », un conte déjanté tout terrain pour les tout petits.

Encore une nouvelle compagnie.
Je crois finalement que c'est ça qu'il aime : rencontrer des gens et des projets nouveaux. C'est chouette ça la nouveauté.

Et pour rien au monde il ne manquerait les rendez-vous du Grand Bazar Vivant sur la péniche Antipode. C'est un collectif de clowns. De nouveau un collectif. De nouveau l'utopie.

Ensemble ils créent en une semaine chaque trimestre un cabaret autour de thèmes qui changent. Cette année : «Avec la langue (française) », « Dame Nature » et « Les rites de passage » où il retrouvera d'ailleurs ses compères de la compagnie PPTF.

Il se demande de quoi la suite sera faite.